Permaculture

Dès le début de notre aventure, j’ai eu envie de me former à la permaculture pour m’aider dans ma démarche d’autosuffisance et de respect et compréhension de la nature.

Mon conjoint m’a alors donné le surnom de dryade. Je trouve que c’est assez approprié 🙂

Dryade : Divinité féminine protectrice des arbres et des forêts.

 

Pour me former, j’ai suivi trois formations chez Permaculture Design

Et l’infolettre ainsi que plusieurs supports de Saine Abondance 

Et je suis inscrite sur plusieurs groupes de perma sur Facebook.

dryade

Un peu de blabla : 

D’après Wikipédia, la permaculture est un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes1. L’inspiration vient de la nature et de son fonctionnement qui se nomme aussi (biomimétisme ou écomimétisme) et de la tradition2[source insuffisante]. La permaculture prend en considération la biodiversité de chaque système3,4.

À l’origine c’est un concept agricole inspiré par le modèle d’agriculture naturelle de l’agriculteur japonais Masanobu Fukuoka5 (1913-2008). Ce concept a été théorisé dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste). Le terme « permaculture » signifiait initialement « culture permanente » (de l’anglais « permanent agriculture »6) ; puis avec le temps il a été étendu pour signifier « culture de ce qui est permanent dans le sens (sociologique) de pérenne ou viable »7. En effet, les aspects sociaux font partie intégrante d’un système véritablement durable. Cette dernière signification est toutefois sujette à polémique.

Avec ce sens étendu, la permaculture forme des individus à une éthique ainsi qu’à un ensemble de principes. L’objectif étant de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomesdurables et résilients, en s’inspirant des fonctionnements naturels dans le milieu où le « design » se construit . L’idée est d’atteindre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution (identifiés par Bill Mollison comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes).

La permaculture utilise entre autres des notions d’écologie8, de paysage, d’agriculture biologique8, d’agroécologie, de biomimétisme, d’éthique, de philosophie et de pédologie6. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse9.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Permaculture